Les huiles essentielles

La puissance de la nature

Les huiles essentielles

Outil de soin et de prévention extraordinaire, les huiles essentielles doivent être utilisées avec connaissance et parcimonie.
En effet, elles peuvent tout a fait remplacer certaines médicaments classiques, grâce à leur pouvoir antidouleur, anti-infectieuse, immunostimulante, antifongique, antivirale, relaxante, despasmante etc….

Leurs applications sont multiples et variées.
Personne en France ne peut se dire AROMATHERAPEUTE.
SEULS LES MÉDECINS ALLOPATHIQUES AYANT UNE FORMATION EN AROMATHERAPIE PEUVENT SE DIRE AROMATHERAPEUTES.

Attention donc aux thérapeutes se présentant comme AROMATHERAPEUTE, ils n’ont pas le droit d’utiliser ce terme.
Je me positionne donc comme Conseiller en aromathérapie.
En 10 ans de pratique, les huiles essentielles sont devenues incontournables dans ma démarche de soin. Je ne les utilise pas ( ou trés peu) au cabinet, mais les prescris et les conseille au quotidien, pour des situations aussi variées que des tendinites de coude, des douleurs abdominales, des déchirures musculaires, des inflammations articulaires ou des infections diverses.
L’utilisation des hydrolats m’est également devenue indispensable, en particulier pour les nourrissons et les femmes enceintes.
Voir le chapitre 4 consacré à l'aromathérapie, dans mon livre “Essai sur la santé” aux éditions Vie, que je vous livre ci-dessous

(Voir également mon dossier “Santé et bon sens: les médicaments naturels pour les nourrissons et les femmes enceintes).

Aromathérapie

Les huiles essentielles : des petites bombes biochimiques.

Des Huiles Essentielles (H.E.) contre le rhume, contre la migraine, contre la cellulite, antibiotiques, pour perdre du poids, anti-stress etc...
L'aromathérapie est livrée à toutes les sauces dans de nombreux magazines ou sur certains sites du web et même dans les pharmacies.

Mais qu'en est-il vraiment?

ALORS :
  • Qu'est-ce que l'aromathérapie?
  • Est-ce efficace?
  • Est-ce dangereux?
  • Et, surtout, comment l'utiliser?


L'aromathérapie, c'est l'utilisation thérapeutique des huiles essentielles. C'est à dire le résultat de la distillation des plantes aromatiques.
C'est donc une branche de la phytothérapie: l'utilisation thérapeutique des plantes.
Mais si on peut consommer de grosses quantités de tisanes sans trop de désagrément, il n'en est pas de même avec l'application d'huiles essentielles.

Pourquoi ?
• L'AROMATHERAPIE C'EST DE L'ALLOPATHIE ( c'est à dire comme n'importe quel médicament, on donne une huile essentielle CONTRE quelque chose, par exemple du laurier noble contre les aphtes. A l'inverse de l'homéopathie où l'on donne quelque chose POUR, par exemple de l'abeille macérée en cas de piqûres d'abeille)
• LES HUILES ESSENTIELLES SONT DES MEDICAMENTS ( Elles ne possèdent pas d'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) en revanche, mais elles le mériteraient. Du moins elles meriteraient d’être accompagnées de toutes les explications nécessaires à leur utilisation (c’est en partie l’objet de cet article), puisque l’AMM serait une menace pour les petits producteurs d’H.E.). Ce sont en effet des PETITES BOMBES BIOCHIMIQUES TRES PUISSANTES.

"L’erreur de l’application des connaissances chimiques des H.E. aux médicaments, c’est de vouloir isoler UNE molécule qui semble avoir un effet sur une pathologie donnée ; d’autres pensent que la complexité de la composition des H.E. a forcément une raison, et l’hypothèse la plus probable serait que certaines molécules mineures dans leur proportion, seraient en fait majeures dans l’annulation d’effets secondaires par exemple. Par ailleurs, les médicaments reproduisant les molécules naturelles efficientes, sont composés d’une molécule DE SYNTHESE, identique d’un point de vue chimique mais dont plusieurs comportements diffèrent de la molécule naturelle”.

PRECAUTIONS D'USAGE :

1 - TEST ALLERGIQUE.
Déposer une goutte d’H.E. sur la face interne d’un poignet (juste en dessous de la paume), attendez 48 heures. S’il apparaît une rougeur, une demangeaison ou autres réactions anormales (nausée, spasmes musculaires, problème respiratoire....), n'utilisez pas cette H.E. Et demandez conseil à votre aromathérapeute.
CE TEST EST A EFFECTUER SYSTEMATIQUEMENT AVANT L'UTILISATION DE TOUTE H.E.
Faites-le, ce n'est pas difficile et c'est une précaution de base. Vous pourrez être surpris du résultat..

2 - NE JAMAIS UTILISER LES HE PURES SUR LES ZONES GENITALES, LES YEUX, LE CONDUIT AUDITIF .
Au risque de s'exposer à des brulures irréversibles...
(Les mycoses vaginales par exemple seront donc traitées avec des huiles essentielles très diluées dans de l'huile végétale)

3 - NE PAS UTILISER LES H.E. PURES EN REGLE GENERALE.
Certaines H.E. s'utilisent pures, mais il vaut mieux se faire conseiller.
LES DILUER dans de l'huile végétale ( amande douce, argan, abricot, olive, colza etc....) Les H.E. Ne sont pas hydrosolubles, donc l'eau ne les dilue pas. ( Ne jamais verser d'H.E. pure dans l'eau du bain par exemple! L'H.E. flottera à la surface, cela fera des petites tâches d'huiles tout a fait visible qui vont complètement coller à la peau et potentiellement créer des démangeaisons cutanés, des rougeurs etc...). Alors: DILUEZ ! DILUEZ ! DILUEZ !
Le pourcentage de dilution est trés variable selon le mode d'action voulue: par exemple on sera environ à 20% pour le côté circulatoire, 10% pour la détente, à plus de 50% pour l'action anti-infectieuse etc...seul quelqu'un de compétent peut vous renseigner.

4 - PAS D’H.E. POUR LES FEMMES ENCEINTES, LES FEMMES ALLAITANTES ET LES ENFANTS DE MOINS DE 6 ANS.
Toutes les huiles essentielles que vous passez sur le corps ou que vous ingurgitez se retrouvent dans votre sang en quelques minutes. A l'heure actuelle, il n'existe aucunes certitudes quant à la totale innocuité des H.E. chez la femme enceinte, et les aromatologues eux même s’emmêlent les pinceaux à ce sujet.
Il est sûr que certaines huiles essentielles sont totalement à proscrire pendant la grossesse car clairement abortive (exemples: sauge officinale, santoline, rue odorante, romarin officinal, basilic camphré, menthe pouliot, menthe verte, lantana, tanaisie vulgaire, cédre de l’atlantique ou de l’atlas etc….)
Pour les autres huiles essentielles, chacun fait comme il veut, mais le principe de précaution semble pencher du côté de la non utilisation des H.E. pendant toute la durée de la grossesse.
Idem chez le jeune enfant, chez qui les réactions peuvent être très violentes, en particulier au niveau cutané. (la lavande pure sur le cuir chevelu contre les poux, l'huile essentielle d'orange non diluée dans le bain....)
En revanche, L'HYDROLATHERAPIE a, ici, sa place de choix. C'est LA solution médicamenteuse naturelle de la femme enceinte, du nourrisson et du jeune enfant.
Il s’agit de l’utilisation des “eaux florales” ou hydrolats.
Par exemple faire “téter” de l’hydrolat de bleuet à un bébé qui “fait ses dents” le soulagera.

5 - EVITER TOUTE EXPOSITION SOLAIRE SUITE A L'APPLICATION D'UNE H.E. PHOTOSENSIBILISANTE ( Citron, bergamote....)

6 - LES ASTHMATIQUES ALLERGIQUES NE DOIVENT PAS UTILISER D’H.E.
Surtout en inhalation.
Au risque de provoquer des bronchospasmes et de déclencher une crise.

7 - ATTENTION A L’UTILISATION DES H.E. PAR VOIE ORALE (se renseigner auprès d’un professionnel averti).
Je pense en particulier à la Cannelle qui est souvent conseillée sur un morceau de sucre ou une mie de pain dans les cas d'infection. Alors oui , c'est un très bon anti-infectieux la cannelle, mais c'est aussi un très bon irritant des muqueuses!!! J'ai eu plusieurs fois le cas où une oesophagite s'était développée chez des personnes avalant quotidiennement leur goutte de cannelle lors de leur état grippal....
Certains laboratoires conditionnent des gélules d'huiles essentielles conçues pour ne pas irriter la bouche, la gorge et l’oesophage, utilisez les !
“On a le réflexe d’ingurgiter les HE pour tous les effets digestifs, respiratoires, circulatoires… (action interne), alors qu’une application diluée en cutané peut parfois être tout aussi efficace et moins sujette à effets secondaires (foie, poumons, estomac…), l’HE pénétrant sous la peau allant directement dans le système sanguin, elle sera diffusée à l’ensemble de l’organisme dans les minutes qui suivent leur application”

L’AROMATHERAPIE

Une fois que l’on sait qu’une huile essentielle est un médicament et, qu’à ce titre, elle présente des précautions d’usage, on peut se servir de l’aromathérapie plus sereinement !

Ultime précaution: acheter de VRAIES huiles essentielles!
Il doit apparaître sur le flacon:noms français et latins complets, la partie de la plante distillée ( boutons floraux, écorce, feuilles etc…) et le chémotype.
Le critére biologique ne semble également pas superflu, puisque les “capsules” d’huiles essentielles des cellules végétales contiennent les molécules des pesticides utilisés dans le traitement des plantes…

Pour finir, je rajouterai que de nombreuses huiles de Patagonie, du Vietnam, de Madagascar voire du Groenland sont proposées dans l’arsenal thérapeutique aromathérapeutique.
Si certaines peuvent se révélées quasi indispensable dans des situations pathologiques très précises, les huiles essentielles “locales” ( se réferer aux espèces) sont largement suffisantes dans 90% des cas.
Le thym vulgaire, la lavande aspic, le laurier noble, la menthe poivrée, l’origan, l’hélichryse, le citron etc….sont des produits de “ chez nous” qui ont des propriétés formidables (.
Alors, avant de tenter l’exotisme, essayons de raisonner et de fouiller les propriétés des plantes qui nous entourent, car elles sont énormes!

HAUT
FERMER
FERMER